A place where you need to follow for what happening in world cup

Maintien d’ordre en Guinée: une femme enceinte meurt après avoir été effrayée par les tirs des agents

0
Unicef

Une décente des gendarmes à provoquer la mort d’une femme enceinte à Dar-Es-Salam samedi, 20 février 2010 selon sa famille. Dame Kadiatou Bah a été surprise par la présence des hommes en uniforme qui lançaient du gaz lacrymogène. Prise de peur, elle a aussitôt saigné.

 Transportée chez son médecin traitant,  ce dernier a réussi à calmer le saignement dans un premier temps aux environs de 15 heures. A son retour à la maison la douleur a repris, elle est cette fois transférée à l’hôpital national Ignace Deen où elle va rendra l’âme après une intervention chirurgicale. Son bébé n’a pas non plus survécu.

Kadiatou Bah n’aimait pas qu’on l’effraie et ne supporte pas non plus la tenue militaire. De nature timide, elle a soudainement entendu que les gendarmes arrivent raconte son époux. Quelques tirs à coups de gaz lacrymogène ont provoqué sa peur, déplore son mari Mamadou Diouma Bah :

« Les gendarmes sont venus jusqu’à chez nous ici. Ils ont commencé à tirer du piments (gaz lacrymogène ndlr) et à proférer des injures. Quand ils ont tiré, ma femme Kadiatou a sursauté. Comme elle est enceinte, elle a eu peur. Elle a saigné et s’est mise à pleurer et a appelé au secours ».

Pendant de longues heures,  le quartier est pris d’assaut, tous les accès bloqués et Mamadou Diouma Bah n’a de nouvelles de sa femme que par téléphone. A 15 heures, Kadiatou Bah est transportée chez son médecin. La douleur est calmée et une ordonnance est prescrite. Elle rentre à la maison. Le saignement reprend, pas de circulation, elle est donc accompagnée à la clinique à pied. Cette fois-ci son médecin a cru bon d’organiser son transfert à Ignace Deen, toujours les véhicules de transport se font rares. Il a dû utiliser sa voiture pour la transporter. La fille ainée, Boubacar Yéro Bah obligée de rester pour garder ses frères :

« Avant de partir, Maman m’a dit je pars, mais je ne suis pas sûr de revenir. Cette douleur est inhabituelle. Veille sur tes petits frères et sœurs. Mon père m’a caché sa mort. On m’a dit de préparer l’arrivée de ma mère et son bébé. J’attendais maman et son fils! Quand l’épouse de mon maître coranique a pleuré, j’ai compris que maman est décédée ».

 Kadiatou Bah laisse six enfants dont deux filles. L’ aînée fait la 11ème année.

Mamoudou Boulléré Diallo

Leave A Reply

Your email address will not be published.