A place where you need to follow for what happening in world cup

Liberté de la presse : les médias privés réclament l’application de la loi L002

0
Unicef

Lundi, 26 aout 2019, la presse privée guinéenne rappelle  le respect de la dépénalisation des délits de presse à travers un sit-in. Devant le siège de la haute autorité de la communication en l’absence des commissaires qui compose celle-ci.  Le mépris de la loi L002 portant liberté de la presse et le silence de l’institution de tutelle constituent le motif de la révolte de la corporation.

C’est la mise sous contre judiciaire du doyen Souleymane Diallo fondateur du groupe de presse le Lynx, La lance et Lynx Fm et de son directeur général de la radio lynx Fm  a déclenché l’indignation de hommes de médias.

Malgré la pluie incessante, des journalistes se sont mobilisés devant le siège de la haute de la communication comme prévu. « Magistrats gelés, justice corrompue ou encore vive la loi L002 pour que vive la presse », scande les protestataires à l’aide d’un haut parleur.

 L’absence des membres de la HAC, n’impactera en rien l’objectif réagi, le journaliste Lamine Môgnouma Cissé. « Les commissaires sont en congé, mais leur esprit n’est pas congé. Ils connectés. Ils seront informés pour prendre une décision », estime l’administrateur général du magasine Emergence. Il attend encore à une implication du président de la république.

« Il a rappelé en l’ordre l’ancien ministre le démissionnaire Me Cheick Sacko de la manière la plus humiliante, lors qu’il a envoyé Lanssana Camara en prison c’était en conseil des ministres. Nous attendons qu’il fasse la même chose », lance-t-il.

« La loi L003 qui régit la HAC et celle 002 portant liberté de la presse,  sont empiétées », et donc une menace contre les journalistes regrette Nouhou Baldé. Pour le respecte des journalistes, « la HAC devrait envoyée des représentants pour nous recevoir et prendre notre mémorandum et écouté nos doléances », estime, le fondateur du site d’informations guineematin.com.

Le fondateur du groupe HADAFO MEDIAS, lui dénonce un recul. Lamine Guinée dit être surpris qu’en 2019, de tels agissements soient constatés contre la presse. « C’est un civile qui est pouvoir, donc c’est une honte j’ai en vi de dire », lance l’animateur principal de la célèbre émission « les grandes gueules », qui demande une fortement mobilisations.

Un mémorandum a été transmis la haute de la communication et au ministère de tutelle. D’autres actions sont annoncées pour faire respecter la dépénalisation des délits de presse en Guinée. Il s’agira pour un premier temps, d’une synergie des radios le jeudi prochain et éventuellement des journées sans presse si la menace persiste.

Mamoudou Boulléré Diallo.

Leave A Reply

Your email address will not be published.