A place where you need to follow for what happening in world cup

Entreprenariat jeune : A 25 ans, elle crée son entreprise de recyclage de pneus usés

0
Unicef

Préserver l’environnement en créant de l’emploi, c’est ce qu’essaie de
faire Aissatou Traoré, une jeune dame guinéenne. La vingtaine, elle utilise des pneus usés pour faire des fauteuils avec de la décoration made in Guinea. En dépit des difficultés rencontrées, elle a réussi à créer une entreprise qui se fait de plus en plus connaître.

Nous sommes au centre d’affaires de Lambandji, dans la Commune de Ratoma. Ici, on trouve des pneus, loin des garages automobiles. A juste raison car ces pneus constituent une matière première destinée à la fabrication d’objets de décoration. Des fauteuils artisanaux qui commencent à entrer dans les habitudes de certains guinéens.

« Les gens ont quelquefois besoin d’originalité. Venir dans le studio et voir des choses qu’ils n’ont pas l’habitude  de voir  cela les poussent à prendre des photos pour les                                                                                                                                         montrer à tout le monde »

Le petit atelier est le siège de l’entreprise de Aissatou Traoré.  Ce jeudi matin, elle va à la recherche de ses matériaux chez les pneumatiques. Une fois triés, les pneus sont embarqués pour son lieu de travail.

Titulaire d’une licence en communication, celle qui a voulu être sa
propre patronne a décidé d’apprendre auprès d’une
amie burkinabé. Et tout a commencé avec seulement 500 milles francs guinéens.

« L’amie en question était en séjour à Conakry, je lui ai demandé de m’apprendre à confectionner des meubles avec des pneus usés.  En contrepartie je devais revendre les meubles qu’elle avait déjà confectionnés. C’est donc parti comme cela. En plus je me dis que la femme  doit se remettre en cause et ce quelle veut dépend d’elle-même. J’ai commencé avec 500 mille FG sans l’aide de personne »

Aissatou participe ainsi au développement de son pays à travers le recyclage de ces pneus. Elle crée ainsi de l’emploie pour les jeunes. Avec elle, ce jeune tapissier. Il est recruté depuis trois mois. Son travail consiste à coudre les tissus destinés à couvrir les fauteuils.

« Cette dame est très  courageuse ; le travail qu’elle fait est destiné aux hommes par ce que cela demande des efforts physiques mais elle le fait malgré tout,  elle tient bon. Moi, elle m’a recruté en tant que tapissier depuis maintenant trois mois et elle me paye à  1 million de FG. J’aime son travail par ce qu’elle innove »

Des difficultés elle en  rencontre surtout dans la collecte des pneus
et l’acceptation de ses produits par les clients.

« Diplômée en journalisme et communication cela n’a pas été facile pour mon entourage d’accepter de me voir dans les décharges, entrain de ramasser des pneus sales.  Il fallait donc les convaincre. Deuxièmement,  la collecte n’est pas facile. Certaines personnes voulaient revendre les pneus, ce que je ne n’ai pas accepté »

La jeune entrepreneure parvient à mettre sa famille à l’abri du besoin à travers son travail.  Elle a su se tracer un chemin. Aujourd’hui, elle emploie quatre jeunes gens dont trois
femmes. La source de sa motivation, ses ambitions. Elle souhaite partager son expérience avec d’autres personnes.

« J’aimerais former des jeunes, surtout des filles pour leur donner un meilleur avenir. Je rêve également d’avoir des magasins pour exposer mes produits,  pourquoi pas les exporter ? »

Aissatou Traoré fait également des pots de fleurs à base de boites de
conserve et de cartons qu’elle ramasse dans les dépotoirs.

Mariam Camara

Leave A Reply

Your email address will not be published.